Théâtre d’illusia
Dossier Pédagogique

Dossier Pédagogique




Le Théâtre de Marionnettes sur eau du Viet Nam

 

Le Théâtre de marionnettes sur eau du Viet Nam, vieux de mille ans, est l’unique exemple au monde de ce type de manipulation, à ce jour. Auparavant, il existait aussi en Chine.

Les manipulateurs sont dans les décors, derrière un rideau de paille de riz, dans l’eau jusqu’à la poitrine. Ils manipulent des marionnettes qui se trouvent au bout de tiges de bambou ou en métal, longues de plusieurs mètres. Les marionnettes apparaissent à la surface de l’eau, soit au milieu du bassin, soit par une des ouvertures du rideau de paille, en glissant sur « scène ». Les mouvements de l’eau se reflètent dans les murs dans tout le temple d’eau - comme est nommé le castelet -. Les bruits d’eau se mêlent à la voix du conteur et à la musique.

Les scènes sont courtes, elles durent entre une et huit minutes. Leurs thèmes varient des événements de la vie quotidienne aux apparitions des personnages légendaires et mythologiques. Souvent le spectacle débute par un prologue, présenté par un personnage populaire commun à tous les spectacles de Théâtre de marionnettes sur eau : Têu. Entre les scènes, c’est soit lui, soit le conteur qui commente les événements. L’eau est à peine redevenue calme, que la scène suivante commence...

 

A propos du Kalevala

Le Kalevala, l’épopée du peuple finnois, trouve son origine géographique en Carélie. Cette région est actuellement à cheval entre la Finlande et la Russie. Littéralement, Kalevala signifie le pays de Kaleva, héros mythique, fondateur du peuple finnois.

C’est devenu, grâce au travail d’un médecin finlandais vivant au 19ème siècle, Elias Lönnrot, un immense poème de plus de 20000 vers, répartis en 50 chants. Elias Lönnrot a collecté des centaines de milliers de vers auprès des bardes et chanteurs finnois qui en connaissaient par cœur parfois plusieurs milliers. La forme du poème et le déroulement de son long cours n’est pas sans rappeler d’autre grandes épopées forgées par les grandes civilisations, indiennes, arabo-persannes ou asiatiques, voire des autres épopées nordiques - comme les Eddas islandaises.

Il serait trop long de résumer l’histoire du Kalevala, car pour reprendre l’expression de Peter Brook à propos du Mahabharata, le Kalevala est un long fleuve aux nombreux affluents, et cours secondaires. Néanmoins, le poème a été récemment proposé dans une nouvelle traduction française par Gabriel Rebourcet (ed.Gallimard,NRF « l’aube des peuples ».1991). Cette épopée est dominée par une personnage principal, le barde éternel, à la fois conteur et chaman, Väinämöinen fils de la déesse Ilmatar. (Ilmatar, littéralement « fille de l’air », en fait déesse de l’air)

 

« Väinämöinen est le héros central du Kalevala. Mage réputé, chanteur incomparable, inventeur du kantélé (cithare traditionnelle carélienne), il a les faiblesses de l’homme et le savoir des dieux. Etymologiquement, le nom de Väinämöinen se rattache à l’eau : eau calme d’un fleuve tranquille ou d’un détroit, embouchure d’un fleuve, accalmie entre deux rapides, etc. De fait, le personnage de Väinämöinen est intimement lié à l’eau. Sans paraître aussi central que dans l’œuvre de Lönnrot, il est effectivement très présent dans les poèmes importants : genèse, naissance, joute verbale, voyage à Tuonela...etc. Né de l’eau, Väinämöinen est sans doute un ancien dieu des eaux, fait héros par les hommes et leurs bardes. Il est d’ailleurs retourné au large, dans la région des « trombes affreuses », sœurs des maelströms scandinaves. Les poèmes contant les exploits de Väinämöinen comptent parmi les plus anciens de la poésie orale des peuples finnois, et sont certainement antérieurs au Xème siècle de notre ère. »

Gabriel Rebourcet

 

 

 

 

Le Théâtre aquatique : un choix

Marja Nykänen a étudié le Théâtre de marionnettes sur eau du Viet Nam, en France, à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières en 1992 et 1993, et en mars 1997 au nord du Viet Nam. Diplômée de l’ESNAM en juin 1993 avec un spectacle basé sur le Kalevala : « le chant de Lemminkäinen » utilisant la technique des marionnettes sur eau. Au Viet Nam, Marja Nykänen a visité aussi bien les troupes professionnelles qui tournent à l’étranger, qu’une petite troupe traditionnelle de la province de Ha Tay.

 

« Dans les spectacles vietnamiens, j’ai été attiré par la magie des apparitions soudaines de marionnettes, par leur caractère comique et joyeux, par le rythme particulier donné par l’élément Eau, et bien sûr, par tous les reflets et bruits naturels de cet élément.

Je m’inspire aussi de créations faites par des artistes contemporains : le sculpteur suisse Jean Tinguely, la compagnie de Danse Sankai Juku (qui a créé une chorégraphie en utilisant l’eau comme tapis de scène) et la compagnie de marionnettes anglaise Faulty Optic avec son spectacle « Bubble Beds ». Dans ce spectacle, la scène est un aquarium, et les marionnettes plongent dans l’eau, à la suite d’un problème de plomberie.

Si l’idée vient du théâtre vietnamien, j’ai envie d’apporter beaucoup d’éléments de construction et de jeu qui sont d’influences occidentales (matériaux plastiques, métalliques, lumières dans l’eau, présence sur scène des acteurs avec les marionnettes). »

 

Le thème vient de Finlande, mais on peut constater que dans presque toutes les civilisations, l’homme imagine que la genèse se passe dans l’eau. "Tout est eau" disent les livres sacrés des hindous. "MEN" (M) en hébreu signifie à la fois la mère, celui qui donne la vie, et l’eau sensible. "Rûmi" dans le coran symbolise la création de l’univers à partir de la mer. Le théâtre aquatique est avant tout un espace théâtral poétique.

 

 

 
A propos du spectacle

Dans le Kalevala, le chant premier relate la genèse du monde. Ilmatar, la mère du monde, fille du ciel, est fécondée par le vent et descends dans la mer. Le milouin, le canard au bec bleu vole au-dessus de la mer en cherchant la terre. Ilmatar remonte son genou et l’oiseau y pond sept œufs. Mais ils brûlent la peau d’Ilmatar qui bouge sa jambe. Les oeufs se brisent dans la mer. Naissent, entre autres, les poissons et les îles, le soleil et la lune. A la fin du chant, Väinämöinen, le héros du Kalevala naît dans l’eau.

A travers ce spectacle sans texte, nous avons voulu répondre d’une manière poétique à la question des tout-petits : « d’où viens-je ? » et leur proposer une première expérience de théâtre. L’eau est pour eux un élément familier. Les reflets de lumières du théâtre aquatique sont attirants car ils changent sans cesse.

Les enfants aiment aussi les formes géométriques simples. Dans la genèse d’après le Kalevala, nous trouvons le triangle (quand le genou d’Ilmatar monte au-dessus de la surface de la mer), l’ovale dans la forme des oeufs, et tout un groupe de formes pictographiques comme l’oiseau, le poisson, l’étoile, l’arbre, le soleil et la lune. Ces formes ont été la base des marionnettes.

 

[Dans le spectacle, les couleurs arrivent avec les œufs. Les sept œufs forment l’arc-en-ciel :

L’œuf rouge amène le crépuscule

L’œuf orange, le soleil

L’œuf jaune, les étoiles et la lune

L’œuf vert, les herbes et les grenouilles

L’œuf bleu, les fleurs

L’œuf violet, les poissons

L’œuf blanc, les papillons

 

Nous jouons avec le cercle, le triangle et toutes les variations de leur rencontre : le triangle se trouve dans le genou qui remonte au dessus de la surface de l’eau, l’ovale dans l’œuf, le cercle dans le soleil et la lune, leurs variations dans les formes d’étoiles, de poissons, de papillons, de pétales, d’yeux, d’oiseaux. Plusieurs lectures sont possibles à partir de ces formes simples. On peut associer l’œuf au repos, à la maison, au nid, au sein de la mère mais également à la prison. La naissance, "briser sa coquille", devient ainsi une libération.

Le dernier chant du Kalevala décrit le départ de Väinämöinen et la naissance du fils de Marjatta. Le cercle se ferme : le début et la fin de l’épopée parlent de création. Le chant est né. Et c’est ainsi que se termine le spectacle.

Le Kalévala commence et finit par l’arrivée d’un enfant. C’est lui qui inspire le chant. Nous dédions ce spectacle à nos enfants.]

Bibliographie

 

 

  • Gaston Bachelard :

    « L’eau et les rêves »

éd. José Corti, Paris 1991

  • Mircéa Eliade :

« Aspects du mythe »

Gallimard, Paris 1963

« Le mythe de l’éternel retour »

Gallimard, 1969

« La nostalgie des origines »

Gallimard, 1977

  • Françoise Gründ, Chérif Khaznadar :

« Atlas de l’imaginaire »

Maison des Cultures du Monde/Favre, 1996

  • Heikki Kirkinen, Hannes Sihvo :

« Le Kalevala »

Publication orientaliste de France, 1985

  • Elias Lönnrot :

« le Kalevala, épopée du peuple finnois »

traduction du finnois par Gabriel Rebourcet, éd.NRF Gallimard,1991

  • Anna-Leena Siikala, Sinikka Vakimo (ed.) :

« Songs beyond the Kalevala »

SKS 1994

  • Nguyén Huy Hô`ng :

« Les marionnettes sur eau traditionnelles »

éd. Thê`Giô’i, Hanoi 1996

« A Vietnam’s traditional puppet theatre »

in Viet Nam Social Sciences, special issue 1987

  • Trân Van Khê :

« Marionnettes sur eau du Viet Nam »

Maison des Cultures du Monde, 1984

  • Le Louvre des Antiquaires : Catalogue d’exposition

« Marionnettes et ombres d’Asie »

en collaboration avec la Maison des Cultures du Monde, éd. SAGEC, 1985

 

 

Le texte du Kalévala et les mots associés :

 

Ilmatar toujours seule à couler ses jours, CIEL, MER, MAMAN

Ilmatar la fille, la vierge du ciel, s’ennuie.

 

Lors elle trotte vers l’aval,

Elle descend dessus des vagues. VENT

Vient le vent par grandes rafales,

Il dresse la mer en remous :

La mer engrosse la pucelle. MAMAN PLOUF DANS L’EAU

 

Le temps passe, une poudrée d’âge…

 

Vient le Milouin, vol droit, bec bleu, OISEAU

Vole au ponant, vole au morois jusqu’au midi,

Ne trouve nul coin pour son nid.

 

A fleur de la mer le genou de la femme, GENOU

Il lisse son vol, lance l’aile,

Se pose, pond ses œufs.

Sept œufs couleurs de l’arc-en-ciel.

ŒUF

Il se met à couver ses œufs,

Il chauffe la fleur du genou.

Ilmatar ébroue sa jambe en secousses :

Les œufs dégringolent dans l’eau, L’ŒUF PLOUF DANS L’EAU

Versent à la vague, se brisent.

BULLES

Le temps passe, le temps s’avance, SOLEIL

Les années chassent les années GRENOUILLES

Sous le soleil nouveau, FLEURS

Les lueurs de la lune neuve. POISSONS

PAPILLONS

Väinämöinen dans le ventre de sa mère,

Il pense le sage, il songe, MAMAN GROS VENTRE

Il parle de haute parole et chante :

"Que je passe le porte obscure,

Loin de la barrière étrangère !"

PORTE

Il huche à dia le loquet d’os,

Passe le seuil à genouillons, BEBE

Dévale vers le mer,

Bonhomme au creux des vagues, BEBE NAGE

Parmi les roulis, le gaillard. BEBE SAUTE

BEBE JOUE

Cinq ans dérive, six année tantôt,

Puis l’an septième et le huitième,

Se dresse enfin sur l’eau grande,

Terre ferme, terre sans arbres. ILE

Il se hisse genoux en terre,

Se cambre à la force des bras.

BATEAU

Il est debout pour voir la lune,

Et ses yeux boivent les étoiles. ETOILES

 

Ainsi Väinämöinen a vu le jour,

Fils d’Ilmatar, la mère du monde.

 

 

VOCABULAIRE D’EAU

La source. Le courant. Le ruisseau. Le torrent. La rivière. Le fleuve. Le lac. La mer.

 

Nager. Plonger. Sauter. Barboter. Glisser.

 

Les clapotis. Les éclaboussures. L’écume. Les vagues.

 

Une chute d’eau. Une fontaine. Un jet d’eau. Un arrosoir.

 

Le bain. La vaisselle. La machine à laver. La piscine. L’aquarium. Le sauna.

 

Une gouttière. Un écoulement.

 

La barque. Le Radeau. Le bateau.

 

Une baleine.

 

Un bébé qui nage dans le ventre de sa mère.

 

PREMIER CHANT a été joué plus de 450 fois depuis sa création :

 

En région Normandie :

Centre Culturel Mont Saint Aignan/Festival Cinéma Nordique/création,

Espace Beaumarchais Maromme,

Espace J.Bauchet Forges les Eaux Festival de Marionnette,

Le Drakkar Neuville lès Dieppe,

Salle capitulaire Bernay-Festival Marionnette,

Atelier 231/Création Sotteville lès Rouen.

 

Hors région :

Les Mureaux(78),

Coulommiers (77),

la Faïencerie de Creil(60),

Sevran/festival « rêveurs éveillés »(93),

C.C. J.Prévert de Villeparisis(93),

Reims(51)-festival « Mélimomes », St Dizier (52), Brienne le Château (10),

Limoges –C.CulturelJ.Moulin (87),

Joué les Tours (37) Espace Malraux,

TJP CDN Strasbourg,

L’Yonne en Scène (tournée dans l’Yonne 89),

L’Arche de Béthoncourt (25),

Très Tôt Théâtre de Quimper (29),

Festival de marionnettes en Jardins de Charleville-Mézières (08)

Festival Marionnettissimo –Toulouse (31)

Festival Bouill’Ry –Verdun (55)

Festival 100 vallée des fleurs – ADCC Dordogne –St Astier (24) M

Festival les Boréales/ CDN Caen, Tam-TAM La Nacelle/Scène conv.JP (78)

 

Hors France métropolitaine :

Ile de la Réunion-Festival Tempo/le Séchoir scène conventionnée,

Festival International de marionnette de Dordrecht (Hollande),

Festival du Théâtre Jeune public de Hämeenlinna (Finlande),

Centre Culturel STOA Helsinki,

Centre Culturel Annantalo Helsinki,

Centre Culturel ESPOO et tournée dans les villes d’Espoo et Vantaa (Finlande),

Festival Lutke 2004-Ljubljana-Slovénie

Scène nationale de la Guadeloupe-L’Artchipel/Festival Enfance du Monde (2004).

Festival Petits Bonheur (2006), Montréal –Québec.

 

Nous avons (sur demande) à disposition du matériel iconographique (affiches, photos, revue de presse).

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette